'; popupImage = window.open('','_blank','toolbar=0,location=0,directories=0,menuBar=0,scrollbars=0,resizable=1'); popupImage.document.open(); popupImage.document.write(html); popupImage.document.close() };

www.foreziens-en-caledonie.com ... Home ...  

  Les missions Maristes
     

mise à jour :  20.02.2017
(c) B.Rivatton





Accueil / home

 

 

Objectif : évangéliser le pacifique ouest


La colonisation du Pacifique sera un enjeu important du XIXe siècle pour l'Eglise catholique. La France, affaiblie par la période révolutionnaire, avait, comme dans bien d'autres domaines, pris un certain retard. Les îles du Pacifique, découvertes à la fin du XVIIIe siècle, étaient un terrain vierge, et il fallait concurrencer l'expansion anglaise et les missionnaires protestants.

C'est dans ce contexte que le Pape cherche une congrégation religieuse pour lui confier l'évangélisation de cette partie du monde. La Société de Marie postule.

retour haut de page

 


Marcellin Champagnat
crédit photo
: x

 


Jean-Claude Colin
crédit photo
: http://www.maristes-france.org/

 



Fourvière (Lyon) vers 1800
crédit photo
: http://www.maristes-france.org/


Naissance de la Société de Marie ...

C'est dans la région de Lyon (France métropole, département du Rhône) qu'est fondée le 23 juillet 1816, la Société de Marie. En 1813, Marcellin Champagnat , Jean-Claude Colin, Jean-Claude Courveille et Jean-Marie Vianney entrent au Grand Séminaire de Lyon. Ils sont ordonnés prêtres le 22 juillet 1816 par Mgr Dubourg (évêque de la Nouvelle-Orléans). Le 23 juillet, Champagnat, Colin et Courveille accompagnés de neuf autres abbés, montent à Notre-Dame de Fourvière (Lyon). Ils décident de se consacrer à Marie et fondent ainsi la Société de Marie.

Le père Colin est nommé à Cerdon (Ain) et le père Champagnat devient vicaire de la Valla (Loire). Dès janvier 1817, la communauté des Petits Frères de Marie prend forme dans une maison louée par Marcellin Champagnat. En 1824, ils font construire à La Valla-en-Gier ce qui sera le siège de la congrégation : Notre-Dame de l'Hermitage (proche de la commune de Saint-Chamond, près de Saint-Etienne, département de la Loire). On distingue alors les Frères et les Pères maristes.

Le Père Colin, à Belley (département de l'Ain), organise la congrégation, et sera élu Père supérieur en 1830. La même année, Marcellin Champagnat est élu à l'Hermitage provincial de la Société de Marie dans le diocèse de Lyon.

En août 1833, le Père Colin, accompagné de Pierre Chanel et d'Antoine Bourdin, part pour Rome solliciter l'approbation de sa congrégation par le Saint-Siège. Le 23 décembre 1835, le vicariat d'Océanie occidentale est confié aux Maristes. Jean-Claude Colin en accepte officiellement la mission le 10 février de l'année suivante. Peu après, le 11 mars, un décret approuve les prêtres de la Société de Marie.

Le 24 septembre 1836, Marcellin Champagnat prononce sa consécration religieuse comme Père mariste. Il prendra en charge le gouvernement des Frères (Les Petites frères de Marie), alors que le Père Colin est maintenu comme Supérieur général. La maison principale de l'Institut est installée à Lyon.

Les fondateurs :

- Marcellin Champagnat (1789, Marlhes, hameau du Roisey (département de la Loire) - 1840, La Valla-en-Gier (département de la Loire). Béatifié le 29 mai 1955. Canonisé le 18 avril 1999.

Pour tout savoir sur : La vie de Marcellin Champagnat
Egalement sur le site des Frères Maristes : www.maristes-france.org

- Jean-Claude Colin

- Jean-Marie Vianney. Plus connnu sous le nom de saint Curé d'Ars.

Pour en savoir plus : Cours d'histoire de la Société de Marie

 

retour haut de page



Mgr Pompailler

crédit photo : Cours de la Société de Marie

 



La Société de Marie et la Polynésie ...

Le Père Pompallier est choisi comme chef de la mission confiée par le Saint-Siège (Bref Pastorale officium du 13 mai 1836). Il part le 24 décembre 1836 (ou le 5 octobre, du Havre, sur la Delphine), accompagné des Pères Catherin Servant, Pierre Bataillon, Claude Bret et Pierre Chanel, et des Frères Marie-Nizier Delorme, Michel Colombon et Joseph-Xavier Luzy.

Un autre départ se fera le 9 septembre 1838 : Frères Marie-Augustin Drevet, Florentin Françon et Elie-Régis Marin.

Partent le 15 juin 1839, Frère Attale Grimaud et le 12 février 1840, Frères Claude-Marie Bertrand et Ammon Duperron.

En 1841, Forest (Frère ou Père ?).

Le 23 août 1842, Le Vatican crée le Vicariat d'Océanie centrale (Wallis, Futuna, Tonga, Samoa, Fidji et Nouvelle-Calédonie). Le Père Bataillon en est nommé Vicaire apostolique, aidé par son nouvel adjoint le Père Guillaume Douarre qui aura en charge tout particulièrement la Nouvelle-Calédonie. Ce dernier part de Toulon le 3 mai 1843, accompagné des Pères Roudaire, Calinon, Breheret, Favier, Mathieu et Rougeyron et des Frères Blaise Marmoiton, Jean Reynaud, Annet Perol et Jean Taragnat.

retour haut de page

 



Première installation Mariste en Nouvelle-Calédonie
(1843 - 1847)


Monseigneur Douarre prend la mer sur le Bucéphale et débarque à Balade (au Nord de Grande Terre) le 21 décembre 1843, avec le Père Viard. A la fin de l'année 1845, on achève la construction de l'église (avec la participation de Frère Aristide et Frère Bertrand). En septembre 1846, Mgr Douarre est de retour en Europe. A sa demande, le 13 juillet 1847, est créé le vicariat autonome de Nouvelle-Calédonie. Peu après, à Balade, la mission est attaquée par les indigènes, et le frère Blaise Marmoiton est tué. Réfugiés à Pouebo, les Frères maristes subissent encore un siège et se replieront sur Sydney, à bord d'une corvette française, le 18 juillet 1847.

 

retour haut de page

 

 

La seconde tentative ... (1848 - 1850)

Le Père Rougeyron, en avril 1848, tente une nouvelle reconnaissance en Nouvelle-Calédonie, mais sans pouvoir s'y installer. Il faudra attendre le mois d'août pour que le Père Goujon s'installe à l'île des Pins (une tentative sur l'île d'Ouvéa, en mai, avait échoué).

Monseigneur Douarre fera, en septembre 1849, une visite sur la région, et visitera la Grande Terre, mais aucune installation définitive ne pourra s'y faire.

retour haut de page

 



Enfin la troisième tentative sera la bonne (1851)

Dans les années 1850, la Nouvelle-Calédonie semble bien abandonnée ... Monseigneur Douarre tente alors une ultime installation sur Grande Terre. La mission de Ballade est réinstallée le 23 mai 1851. Il y décède en 1853. Les missions sont alors dirigés par le Père Rougeyron.

 

retour haut de page

 



En guise de bilan ...

Ainsi, dans le cadre de l'évangélisation de l'Océanie, la Société de Marie enverra 74 Pères, 26 Frères et 17 Frères coadjuteurs entre 1836 et 1849.

Entre 1849 et 1855, les départs de missionnaires seront interrompus. Enfin, en 1857, la publication d'un règlement solutionnera les relations difficiles entre l'autorité épiscopale, la Société de Marie et la Sacrée Congrégation de la Propagande.

 

retour haut de page

Suite ... sur la trace des Foréziens ... Les maristes foréziens en Nouvelle-Calédonie

Une étude inédite, passionnante ... sur ces foréziens partis en Nouvelle-Calédonie ... Indispensable ! !
. . . Publication . . . Publication . . . Publication . . .

Evangélisation ... exploration et découverte du nickel ... déportation

Des Foréziens sous les tropiques ... en Nouvelle-Calédonie au XIXe siècle.

Les Maristes ... Jules Garnier ... Joannès Caton

80 pages, ill.,

 
Pour lire le sommaire détaillé ... et/ou ... commander l'ouvrage

 

. . . Publication . . . Publication . . . Publication . . .

Parution 2009 ! ! sous la direction de Charles Girard

Lettres des missionnaires maristes en Océanie, 1836-1854

Une véritable mine d'informations ....

760 pages, ill.,

 

Pour voir les pages 1 et 4 de couvrture del'ouvrage (format pdf)
Pour plus d'informations, commandes, etc ... le site de l'éditeur

Enregistrement radio (interview) (format MP3) présentant le projet de ce livre ...
Emission enregistrée à Toulon le 30 juillet 2008 avec Lionel Roos-Jourdan, professeur d'histoire et de géographie, Corine Babeix, bibliothécaire du service historique de la défense à Toulon, Antoine Temple, professeur d'histoire et de géographie, et animée par Marion Delhaye.

 


écrire à l'auteur ...

Site : Les Foréziens en Nouvelle Calédonie (c) Bernard Rivatton 08.2001 - Reproduction interdite sans mention d'origine.

http://www.foreziens-en-caledonie.com

Localisation des visiteurs de cette page