www.foreziens-en-caledonie.com ... Home ...  

    Autres ingénieurs
Foréziens en Calédonie

     

mise à jour :  24.07.2003
(c) B.Rivatton





Accueil / home



Félix Benoit ... succède à Jules Garnier ...

Félix Benoit est l'un des successeurs de Jules Garnier en Nouvelle-Calédonie comme chef du service des mines.

De retour en France, il publiera deux ouvrages :

- "Au pays des Canaques" (ouvrage non retrouvé dans le fichier de la BNF et celui de BM Saint-Etienne, NDLR 31.08.2002)

- "Etude sur les mines de nickel de la Nouvelle-Calédonie", publié in Bulletin de la Société de l'industrie minérale, 1892, pp. 753-755 (B.M. Saint-Etienne).

Sources : Sylvain Girerd, Les foréziens aux colonies, 1904, p.262

retour haut de page

 



Quelques autres ingénieurs ...

- Dignaron

Il est envoyé en Nouvelle-Calédonie en 1888 par une grande maison anglaise de Swansee, pour y diriger des mines de nickel que la société souhaitait acquérir. L'affaire ne se fera pas.
Monsieur Dignaron fera un travail remarquable au Pérou dans les mines d'argent de Ticapampa.

- Pierre Fouletier

Jean Pierre Marie Fouletier est né à Saint-Chamond (Loire), le 6 juillet 1868.

Il est admis le 21 août 1891 comme élève titulaire à l'Ecole des mines de Saint-Etienne. Il sortira classé 17ème (sur 23), recevant son diplôme le 10 novembre 1894.

Sources : Archives Ecole des Mines de Saint-Etienne - registre des notations des élèves

Dès sa sortie de l'école des mines de Saint-Etienne, il s'embarque pour la Nouvelle-Calédonie en 1895. Il prend le poste d'ingénieur chimiste à "l'International Mining Corporation", société anglaise chargée de la mise en valeur de gisements de cuivre, or, argent, plomb et zinc, au nord de Grande-Terre.
Il prend ensuite la direction d'une mine de plomb argentifère : "La Mérétrice" (extrème nord de l'île, au nord de la transversale RPN7 (Koumac / Ouégoa).
Il quitte la Mining Corporation en décembre 1898 pour travailler pour le compte de M. Caulry, toujours dans le domaine des mines.
En 1900, il exploite directement une mine d'argent à Bondé (extrème Nord), dans le même secteur que "la Mérétrice". En 1901, il exploite une mine de nickel près de Nouméa, puis en 1902/1903, il dirige une mine de cobalt appartenant à M. Chalas. Il cherche d'ailleurs à exploiter une mine de même type vers Canala.
Il se marie en Calédonie, et devient alors également planteur.

Sources : Sylvain Girerd, Les foréziens aux colonies, 1904, pp.263-264

retour haut de page

 


écrire à l'auteur ...

Site : Les Foréziens en Nouvelle Calédonie (c) Bernard Rivatton 05.2001 - Reproduction interdite sans mention d'origine.

http://www.foreziens-en-caledonie.com

Localisation des visiteurs de cette page
www.000webhost.com